• Ateliers en français,  Production orale

    Les bébés et les citrouilles

    Voilà une série de photos que j’ai découverte au détour d’un lien internet. Au-delà du fait qu’elle m’a bien fait rire, elle est facile à exploiter, drôle et qui plus est, de saison!

    Fle Halloween Citrouilles

    Ce sera l’occasion de parler de l’automne, de réviser ce qu’on y mange, le temps qu’il fait, ce qu’on porte comme vêtements, les couleurs de la nature.

    C’est aussi l’occasion de parler de la fête d’Halloween, qui n’est certes pas française mais fait maintenant de plus en plus partie du paysage culturel international.

    Avec ces photos on parlera de bébé, de citrouilles, de sentiments (être (très) triste, content), d’actions (dormir, manger, pousser, sourire, pleurer), de localisation (sur, dans, à côté de) et d’accessoires (porter un noeud, un bonnet, rien).

    Voilà tout le matériel pour un séquence spéciale poilade assurée au détriments des pauvres bébés ici en photos (aucun enfant n’a été blessé ou maltraité!)

    1. Description et Production orale

    Les images en grand à imprimer/projeter et les flashcards du vocabulaire pour la description orale

    Localisation FLE Halloween

    PDF ici : PHOTOS  et FLASHCARDS

    2.  Poser des questions

    Des vignettes à découper et des cartes de 4 photos à retrouver en posant des questions (l’idée est de recréer la même carte avec les mêmes 4 photos: à faire 2/2 ou en groupe entier)
    Fle aux enfants Jeu Halloween

    PDF ici: CARTES de 4 images  et VIGNETTES

    3. Une aide pour poser les questions et retenir les réponses

    Fle aux enfants Production orale

    PDF ici: QUESTIONS

    4. Et enfin des exercices écrits pour ancrer tout ça

    Fiches Fle aux enfants Halloween

    PDF ici: EXERCICES

    Mise à jour (Octobre 2016)

    J’ai ressorti cette activité et j’ai complété le fichier des flashcards pour y ajouter les verbes et les accessoires

    Flashcard Halloween FLE Enfants

    Et le dico qui va avec

    Imagier FLE Halloween

    PDF ici: DICO

    J’en profite pour vous montrer

    quelques photos en situation 

    En complément vous trouverez sur ce blog de la lecture sur  LE SON ILL,  des flashcards sur La météo et les paysages et un Questionnaire d’Halloween pour parler de la peur.

    Bon cours!canstock4663069

  • Album jeunesse,  La localisation,  Production orale

    Caché

    Rien de tel qu’un livre de cache-cache pour travailler la localisation avec les enfants de maternelle ou primaire.

    L’école des loisirs

    Vous n’êtes pas sans savoir que j’affectionne les livres de l’école des loisirs et notamment parce qu’ils ont un système d’abonnement très abordable qui fonctionne de l’étranger. J’encourage toujours mes élèves à s’y abonner!

    Puisqu’il s’agit d’un public FLE je conseille aux parents de choisir une tranche d’âge inférieure à l’âge de leur enfant pour que le niveau de langue leur soit accessible et que l’expérience leur soit bénéfique. Qui voudrait lire un livre où il ne comprend rien?

    Caché de Stéphanie Blake

    Voici l’album Caché, de Stéphanie Blake qui, au passage, a une formidable bibliographie à exploiter en FLE précoce (mes préférés: Je veux des pâtes, Poux, Au loup! Tous les albums de Stéphanie Blake ici)

    Caché localisation FLE enfants

    Voici un petit livre cartonné à destination des petits (maternelle) en langue maternelle mais qui sera tout à fait intéressant à exploiter au niveau langagier dans les premières années de l’école primaire pour des élèves qui apprennent le français pour travailler la localisation.

    Le principe est simple: chaque page correspond à un lieu (le parc, Paris, la boulangerie, le zoo…) et Petit Loup s’y est caché, à nous de le retrouver. Les illustrations sont colorées et détaillées, les thèmes variés. C’est donc un support idéal pour travailler la description (avec il y a), le vocabulaire spécifique de ces lieux, les couleurs et la localisation (avec est ou se cache+ sur/sous….) .

    J’ai donc créé un ensemble de supports pour travailler la production orale autour de ces objectifs.

    L’album : un dictionnaire/imagier

    Un petit dictionnaire pour chaque page de l’album à réviser/apprendre au préalable ainsi que les Flashcards correspondantes

    3 PDF à télécharger ici : Dico Caché 1Dicos Caché 2FC

    Fle caché localisation prépositions lieux

    Le jeu de la localisation à imprimer

    Un poster A3 de chaque page avec de petits caches à mettre par dessus.

    PDF à télécharger ici: Posters A3 et caches

    FLE caché prépositions de lieux jeu à imprimer

    Sur ces caches j’ai gommé le Petit Loup. Ainsi la première fois que les élèves voient l’illustration, on y ajoute les petits caches et le personnage à trouver n’est pas là. On peut décrire l’image en utilisant les couleurs (le lion est rouge ou bien il y a un lion rouge. Je préfère choisir une structure par séance et m’y tenir si elle est nouvelle ou pas acquise ce qui est le cas dans les petites classe de 1ère ou 2ème année de primaire. )

    Il s’agit ensuite d’un jeu. Il faut que les élèves fassent des hypothèses sur là où se cache le loup, à l’aveugle en utilisant les prépositions de localisation :sur, sous, dans, à côté de, devant, derrière. Si sa phrase est juste on enlève le cache et on vérifie son hypothèse. Selon le niveau des élèves on en peut profiter pour systématiser la réponse négative (Non, Petit Loup n’est pas sur le zèbre).

    • Des petites cartes  où j’ai placé Petit Loup ailleurs dans les décors de Paris et du zoo qui sont mes préférés

    2PDF couleur à télécharger ici, Cartes PO Zoo, Cartes PO Parispuis ici les Petits loups à découper et enfin les cartes PO Noir et Blanc

    Jeu localisation FLE 6

    Un enfant en pioche une et décris à un camarade la localisation de Petit Loup.  Celui-ci à à sa disposition le décor vierge et des Petits Loups découpés et doit donc en prendre un et le placer au bon endroit avant de vérifier sur la carte.

    Avec les cartes de Paris on travaillera sur les prépositions sur, à côté de, derrière. Avec celles du zoo on pourra travailler sur, sous, devant, derrière, à côté de.

    A vous de voir si vous travaillez les prépositions l’une après l’autre où si vos élèves sont assez à l’aise pour que toutes les cartes soient mélangées.

    Vous trouverez aussi ces mêmes cartes en noir et blanc si vous voulez les utiliser pour créer des exercices de production écrite.

    Localisation : les pièces de la maison

    Des supports supplémentaires pour la dernière page qui est parfaite pour travailler (réviser ou introduire) les pièces de la maison.

    Des étiquettes sur les pièces de la maison et un poster-référence à afficher dans la classe.

    FLE la maison prépositions

    Localisation : un jeu de cache-cache

    Et pour travailler plus en détail la localisation avec les pièces mais aussi les objets de la maison des posters avec des petits loups partout (derrière le lit des parents, sur la télé du salon, devant la baignoire, sous les escaliers….) et des petits loups à découper et à placer au bon endroit.

    Les pièces de la maison FLE jeu

    C’est un jeu qui peut se jouer en collectif: un élève au tableau place les loups sur le poster vierge en écoutant les consignes de ses camarades qui se passent le poster modifié. Mais il est encore plus pertinent d’y jouer ensuite par binôme. Dans ce cas le vocabulaire de la maison et de ses objets doivent être bien travaillés en amont pour que ça fonctionne.

    L’ensemble dans un PDF à télécharger ici Localisation Maison+loups+mots

    Un coloriage

    Et enfin parce qu’on n’est pas toujours obligé de travailler, un bonus plaisir, un coloriage à partir de la page du zoo que je trouve particulièrement savoureuse (si on clique on l’a en grand, 😉 yeay

    La localisation les animaux FLE

    D’autres activités du blog

  • Les animaux,  Uncategorized

    Les animaux: toute une histoire !

    Les animaux : c’est un thème privilégié à travailler avec les enfants parce qu’ils adorent ça, que leur univers en est peuplé (livres, dessins animés, histoire..), les supports sont donc innombrables.

    C’est aussi un thème tellement large qu’on peut s’en servir pour travailler beaucoup de notions autres que le simple noms des animaux: le lexique du corps, de la description, des couleurs, des lieux, de l’alimentation, des actions,….

    Voilà pourquoi on est resté dessus un moment avec mes classes et voilà ce qu’on a travaillé (attention montagne de matériel!)

    • Le nom des animaux et la localisation.

    Grâce à ces images (une simple et une plus complexe) on a revu ou appris le nom de nombreux animaux et la localisation grâce à des devinettes: « Où est le chat bleu? » ou à l’inverse « Je vois un animal derrière le chat bleu, qu’est ce que c’est? » Devinettes que se posent les élèves entre eux.

    • Les parties du corps des animaux.

    J’ai réutilisé des images que j’avais dessinées pour un petit dictionnaire l’année dernière ICI en version flashcard pour travailler la mémorisation des ces mots nouveaux utilisés avec avoir.

     Le fichier des flashcards est à  télécharger en PDF Ici Caractéristiques Animaux Flashcards

    Et le petit dico créé l’année dernière Dico animaux caractéristiques

    (il y a quelques différences, on n’a pas utilisé exactement le même vocabulaire)

    • Des images pour travailler la description

    PDF ici Images d’animaux pour la description

    • Le même principe de flashcards pour apprendre  vocabulaire des habitats des animaux

     En PDF à télécharger ici : Habitats Animaux Flashcards

     

    • Des images d’habitats pour reparler de « qui vit où? »

    A télécharger en PDF Ici Images des habitats 

     

     A suivre…..

  • La famille,  Production orale,  Uncategorized

    Jouons !

    Pourquoi le jeu ?

    Parce qu’il motive, parce qu’il détend, parce qu’il permet de travailler sans y penser, mais surtout parce qu’il donne une utilité à ce que j’apprends en classe. Si je veux gagner je suis obligé de passer par la langue. Alors soit ! Je parlerai !

    Bien sûr il ne s’agit pas de lancer les règles du jeu et le matériel puis de voir comment les enfants vont miraculeusement utiliser des phrases correctes. Ce serait merveilleux, mais cela n’arrive pas souvent, en tout cas pas dans mes classes.

    J’utilise le plus souvent le jeu en phase de réinvestissement des connaissances. Pour que celui-ci fonctionne et remplisse son rôle de systématisation orale il est nécessaire que le vocabulaire et les structures de phrases à utiliser aient été introduits et travaillés en amont.

    jouePas la peine de se creuser la tête pendant 150 ans, il y a plein plein de jeux exploitables sur internet et dans placards !

    Voici 2 jeux classiques que j’ai utilisés en ce début d’année dans mes classes pour réinvestir des connaissances et permettre aux élèves de les assimiler tout en jouant.

    • Le jeu des 7 familles :

    Le principe : un jeu de cartes avec les membres de 7 familles différentes à recomposer.

    Objectifs langagiers: le vocabulaire de la famille et la structure du verbe avoir aux 2 premières personnes du singulier « Tu as…. ? » « Oui, j’ai… » , « Non je n’ai pas…. »

    On peut évidemment choisir ou ajouter d’autres structures en fonction de son public et de sa progression : « Est-ce que tu as ? » « Je voudrais… » « Je veux  ….»

    Pour ma part, j’ai choisi de travailler sur le verbe avoir parce qu’il pose beaucoup de problème à mes élèves.

    1. Rappel du vocabulaire de la famille à l’aide de dessins au tableau. J’ai également introduit le mot fils, qui n’était pas connu. Le dessin et le lexique de la famille sont restés au tableau pendant toute la session. Les personnages étaient classés par garçon/fille avec l’article correspondant écrit en gros, en gras parce que LA grand-père…. j’en ai un peu ma claque 🙂
    2. Présentation de 2 familles au hasard puis familiarisation avec la structure « avoir » Chaque enfant avait une seule carte et devait en trouver une autre. Il pouvait demander à autant de camarades qu’il le souhaitait jusqu’à ce qu’il la trouve. Il pouvait alors la prendre. Joie !

    La structure demandée était : « Tu as le fils canard ? » (« Dans la famille canard, tu as le fils ? » s’étant avéré trop difficile,  j’ai simplifié).  Je demandais qu’ils pointent du doigt le camarade à qui ils posaient la question en même temps qu’ils prononçaient le « TU ». En effet, ils confondent allégrement les pronoms personnels et je crois dur comme fer à la mémoire kinésique. A force, le « JE » (doigt sur ma poitrine) et le « TU » (doigt vers la personne concernée) deviennent de plus en plus naturels. Alors oui, montrer du doigt, c’est mal,….. mais pas toujours !

    Ces 2 étapes ont duré une séance de 40 minutes.Pour la deuxième séance de 40 minutes nous avons joué, à proprement parler.

    Je n’avais pas de pioche et je n’ai distribué que 3 ou 4 familles à mon groupe de 10/12 élèves, c’était bien suffisant pour qu’ils ne se mélangent pas trop les pinceaux. Ils se sont installés en rond et après leur avoir expliqué les nouvelles règles : « Vous devez retrouver toutes les cartes d’une même famille, vous avez 2 chances, à la troisième vous passez la main, et si vous trouvez la carte en moins de 3 essais vous pouvez chercher une nouvelle carte » ils ont joué. Le lexique était resté au tableau, je ne les interrompais que quand ils se trompaient d’article ou faisaient une erreur dans la structure et voilà comment j’ai passé une heure pépère à les observer jouer en français.

    Ce jeu est un grand succès au point que la plupart de mes classes ont souhaité y rejouer plusieurs fois par la suite. Et qui plus est, il remplit parfaitement son rôle de systématisation orale.

    Pour ma part j’ai téléchargé ce jeu là mais il est aussi possible (et sympa) de faire créer directement le jeu aux élèves qui se feront un plaisir de trouver et dessiner des familles originales et rigolotes.

    7 familles_intro

    • Le jeu des 7 différences (ou plus)

    Le principe : un jeu d’observation avec 2 images très similaires mais avec des différences à retrouver.

    Objectifs langagiers : révision du lexique de la famille, la description d’un paysage (« le soleil est jaune ») et la localisation  (« il y a 1 papillon rose sur la fille »), la description de personnages (« la mère est blonde, elle porte une robe rose »), et la négation de tout ça. PAF. Rien que ça.

    Je vous rassure, rien de tout ça n’est nouveau pour mes élèves. Toutes ces notions ont été travaillées il s’agit maintenant de les utiliser et de les assimiler par l’oral.

    1. Première séance : je ne montre qu’une image et je la fais décrire de façon exhaustive par les élèves en posant des questions.Image à décrire

    « Il y a qui ? » « Qui est côté de qui ? » «  Qu’est ce qu’il y a ? » « Il y a combien de nuages ? » « Il y a 1 nuage sur qui ? à côté de quoi ? de quelle couleur…. ? » « Qu’est ce qu’elle porte ? » « Qu’est ce qu’elle a ? » Qui a des lunettes et qui n’en a pas ? »….

    Je note/schématise au fur et à mesure sur le côté du tableau les structures utilisées en y faisant référence dès qu’il y a une erreur.

    La difficulté majeure étant le mélimélo de « il y a / est / a »

    Deuxième séance je mets les 2 images côte à côte et je leur demande de formuler les erreurs de cette façon : « Ici, [phrase] mais là…. [phrase] »

    jeu-7-differences

    Les structures sont  restées notées sur le côté du tableau afin qu’ils s’y réfèrent si nécessaire où que je leur montrer quand ils font des erreurs.

    Et c’est parti pour une nouvelle séance où j’écoute mes élèves jouer en utilisant le français du début à la fin, impatients qu’ils sont de démontrer leur talent d’observation. Joie des élèves, bonheur de la prof !

    J’ai utilisé ces images trouvées sur internet (auteur inconnu) que j’ai modifiées  pour y ajouter davantage de différences mais encore une fois il est possible de faire créer ces jeux directement par les élèves si vous en avez la possibilité et le temps. Ils créent une image, pleine de détails, que vous récupérez, scannez et modifiez pour leur en présenter une variante qui les amusera d’autant plus qu’ils sont l’auteur de la version originale.

    A vous de jouer !

  • Grammaire,  La localisation

    Il y a / est

    De travailler sur la localisation nous permet de mettre le doigt sur des erreurs de syntaxe récurrentes chez mes élèves qui mélangent les structures: il y a et est.

    Dans leur langue maternelle, le verbe être n’est pas forcément utilisé, il y a et le verbe avoir s’utilisent avec un verbe identique, …. avec tout ça mes élèves cafouillent.

    A force d’insister sur ce verbe être qu’ils oublient énormément ça me donne des phrases du style: l’oiseau est vole ou encore il y a un manteau est dans le placard.

    Arg. Ils me le mettent partout !

    On a beaucoup travaillé la place du verbe (en fin de phrase dans la langue maternelle) en utilisant notre code couleur : après le sujet ( qu’on appelle le « qui? ») de la phrase il nous faut un « mot rouge »( qu’on appelle aussi le « qu’est ce qu’il fait? »). Oui ça paraît obscur mais on systématise la couleur rouge pour les verbes quand on les écrit, quand on les lit, mais aussi avec les flashcards qui sont encadrées en rouge. Nous avons des cadres de couleurs au tableau pour aider visuellement les élèves à respecter cette structure en production orale.

    On corrige donc la première erreur qui consiste à accoler « est«  au verbe en expliquant qu’on n’utilise, le plus souvent, « est » que si le sujet ne FAIT rien.

    Si on n’a pas de « mot rouge » à mettre dans notre phrase, pas de marche, court, ramasse, aime, attrape, ….. le plus souvent on y met « est« . Certes c’est faux dans l’absolu, ils apprenndront plus tard qu’il y a aussi le verbe « avoir« , que le verbe « être » se conjugue et peut devenir, suis, sont… Mais au départ de l’apprentissage ça permet de donner une raison d’être à ce verbe intraduisible et donc complètement abstrait pour eux. Du coup, puisqu’on ne met « est«  que s’il n’y a pas d’autre « mot rouge« , alors des phrases avec « est vole » ou « est mange » sont impossibles.

    Par contre, dans la structure « il y a«  les petits ne voient pas de « mot rouge » , qui doit se trouver après le  sujet, le bonhomme, le personnage. Et consciencieux qu’ils sont, ils s’appliquent à me mettre un joli « est«  voire pour les meilleurs un très beau « sont«  dans la phrase : il y a le chat EST dans le jardin. Il y a les chats SONT dans le jardin. Parce que après « le chat » il FAUT un verbe, qu’on leur a rabâché !Damned! Bravo les petiots mais non.

    On y travaille donc. Je leur explique en langue maternelle qu’on ne peut pas mettre de mot rouge dans une phrase qui commence avec il y a. Que le a est rouge! Comme dans « le chat a des moustaches« . 

    Ils me regardent avec un semblant de désespoir dans les yeux. Ils écrivent le a  de il y a en rouge, pour ne pas me contrarier . Mais se disent que les femmes, les français, les profs, les adultes, tous ceux là mélangés, décidément, ne savent pas ce qu’ils veulent.

    Et on s’entraine. On fait des transformation à gogo à l’oral. Et on s’entraine à alterner aussi à l’écrit.

    Courage mes loulous 🙂

    Et pour vous, il y a le PDF est juste là ; )  Il y a est localisation